Un jeu qui combote sec : Test de SSX sur Playstation 2

S’il y a bien un style de jeu qu’on a tendance à oublier/vendre vite fait/mettre à la poubelle, c’est bien les jeux de sport : d’une part parce qu’ils vieillissent très mal comme ta mamie (qui se souvient de « FIFA 2001 » ou de « F1 championship saison 2000 » ? Que moi, j’en suis sûr) et d’autre part parce qu’ils sont souvent mis à jour par une version « plus aboutie » un an après leurs sortie. (Comprendre ici qu’ils changent quelques joueurs/pilotes/couleur d’équipe). Cependant SSX, lui, a la méga classe de proposer un contenu toujours autant alléchant pour un jeu de snowboard, et ce, malgré son âge avancé. Retour sur une des premières pépites de la peusseudeu.

« Ha, SSX, mais oui, moi j’avais le SSX Tricky… », « Moi j’avais le 3, trop stylé ce jeu ». Pendant ma longue carrière de joueur de pépites oldies, j’ai souvent entendu SSX sur les lèvres des joueurs. (vu que j’ai tendance à attirer les joueurs cool, cette info est facilement vérifiable). MAIS ! Parce qu’il y a un mais : j’ai rarement entendu de la bouche des joueurs en question qu’ils avaient posés leurs petites mains si affutées sur notre cher SSX fondateur de la série… Et la me vient une question pertinente à l’esprit : « comment se fait-il que EA Spoooort BIIIG !!! Tsénèguaime, ait fait une suite, si autant de personnes ne connaissent pas le premier… ? » Si vous avez la réponse à cette question, notez la sur un papier glissez-la dans le toilette le plus proche.

Le jeu commence comme ça… Cash avec J-P ! Franchement il y avait mieux à faire les gars !

Bon, on va pas s’attarder sur cette question sur laquelle j’ai bâti mon mémoire de 250 pages sur la décadence des joueurs contemporains, mais on va plutôt parler du concret, on va parler des pistes loufoques, d’adversaires sans aucune pitié, et de l’essentiel : Notre cher J-P, qui est décidément le meilleur et qui aime le rappeler tout le long de la courses (j’y reviendrai…)
Alors tout d’abord, il faut dire que le concept en jette, c’est un bon gros 1080 Snowboarding, en plus dynamique et loufoque que sur Nintendo 64 (Pas dur). On descend des pistes issues des plus grands rêves de snowboarder en faisant tout un tas de figures pour gagner du boost et fourrer une mine à nos adversaires. On incarne au choix 8 personnages de toutes nationalités, parmi les plus marquants :

==> Mac (copie d’Eminem en snowboard)
==> Moby (un peu Bob Marley sur les bords)
==> Elise (Barbie-Like)
==> Jürgen (l’allemand surement adepte de bière vu son bide)
==> ou encore J-P, le Français bien arrogant qui se la pète et à qui on va en faire voir de toutes les couleurs juste pour qu’il ferme sa putin de gueule (mais j’y reviendrai encore…)

Les menus vont à l’essentiel. (Comme cette petite phrase)

Le jeu est assez complet : on peut personnaliser sa tenue parmi les 4 disponibles par riders (ouais je parle en mode jeune parce que je suis encore jeune il qu’il faut que j’en profite un peu…). On peut aussi changer sa planche avec 3 styles de planche différents (courte pour trick, médium et longue pour course) qui ont chacune pas mal de skin différents pas toujours de bon goût (qui n’a pas rêvé d’avoir un hot-dog peint sur sa planche ?…).

Il y 9 pistes au total. Ça peut paraître peu mais je rappel que pour l’époque c’est déjà sympa pour un nouveau concept et sur N64 c’était souvent 4-5 pistes et au lit, merci donc d’arrêter cette arrogance et de ne pas suivre les pas de ce pu*** de J-P… Bon dieu ce qu’il m’énerve lui !

Mise en jambe avec le premier track : Snowdream. Assez simple et permettant pas mal de choses quand on connait bien.

Alors bien entendu, il est possible de se friter (synonyme de se battre, mais devant une friteuse) à 2 joueurs, mais sans avoir à payer un forfait de snowboard : Cool.
Donc chacun prend sa manette et on se lance selon 3 modes de jeu palpitants : Course, Showoff (faire le plus de figure) et Freeride (libre). Pour avoir fait l’essai récemment avec une joueuse de SSX Tricky, je peux vous dire que c’est toujours autant l’éclate (j’ai été bien entendu sans pitié hé hé)

Les graphismes sont super sympa pour du début de PS2 : colorés et lisibles, les musiques sont rythmées, c’est facile a prendre en main et le temps de faire toutes les pistes vous en avez bien pour 1 heure et demi par session. Compter beaucoup plus pour la carrière solo et pour tout débloquer.

Regardez moi cette tête de con au milieu… Il est grand temps de t’écraser contre un arbre J-P…

Bon bien sur, il y a quelques points sur lesquels j’émets des réserves : La voix française de synthèse dans le menu, particulièrement agaçante (en anglais c’est mieux), et le méga saoulant J-P, qui n’arrêtera jamais de se la péter (c’est comme ça que les gars de chez EA Canada voient les français… Et bah bravo !). Pour se dernier point, il est possible et surtout recommandé de soit le frapper pendant la course, soit le sélectionner et le faire se crasher comme une merde pour le voir dire « Je suis maudit ou quoi !? » avec un accent de beauf pas possible… Haaaaa… Ça fait du bien…

Il y a même une piste en pleine ville… Pourquoi pas ? A droite, ça sent la neige dans le nez

A travers ce test j’ai voulu rendre un hommage à ce super jeu que je vous recommande chaudement et dont peu de joueurs se souviennent mais qui est un des meilleurs jeu de sport de la console. Si seulement il n’y avait pas eu J-P, j’aurais pu mettre un 9,5/10, mais son arrogance sans limite écorche ma limite justement : Sale connard de J-P… 

La note de Pedro : 8,5/10

Les derniers tracks promettent du lourd et des tricks à gogo. Joussif !

Maintenant qu’on lui a fait fermer sa gueule à ce tocard, il est temps que tu fasse partie des vrais : Ceux qui restent informés des nouveaux articles qui sortent sur ce site ! En t’abonnant sur Twitter et Instagram, tu loupes plus rien et tu découvres de superbes (ou pas) pépites dont on parle pas assez dans le domaine du JV, alors… Abonnes-toi ! (Mode J-P ON)

Publicité

4 réflexions sur “Un jeu qui combote sec : Test de SSX sur Playstation 2

  1. RF 14 avril 2017 / 17 h 52 min

    « Si tu veux gagner, c’est à MOI qu’il faut s’adresser !!! »

    – Ooooh mais ferme-là Jean-Paul !
    Avec ton énorme narcissisme, il aurait fallu t’appeler Jean-Popol…

    Et même avec une grosse paire de balls, tu dirais encore :
    « Oh mais JE suis maudit ou quoi ! »

    J’aime

  2. M Crotofon 20 mars 2018 / 16 h 19 min

    A tester ! Je connais pas bien la série des SSX.
    A quand le test de Windjammer ???? 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s